Rechercher

Et la culture bordel !

Tout le monde semble le savoir, sauf certains candidats à l’Hôtel-de-Ville, que Mont-Saint-Hilaire se démarque par le nombre de créateurs dans diverses disciplines qui y résident et par la richesse de son patrimoine. Pourtant, dans cette campagne électorale, aucun débat sur la culture à ce jour.


Un parti se démarque toutefois, c’est Mouvement citoyen qui vient de faire connaître sa plateforme culturelle. Ce parti propose, en dix points, au milieu culturel une liste d’engagements précis en révisant d’abord certaines façon de faire par le maire actuel. Rien à voir avec les libellés évasifs et généraux que l’on retrouve dans le programme des autres candidats.


Remarquez qu’à ne rien promettre, en ratissant large, on ne prend aucun risque de recevoir des reproches par la suite… « Vous avez mal compris, ce n’est pas ce que je voulais dire… » À titre d’exemple, en 2017, lors de la campagne électorale, le maire Yves Corriveau avait pris l’engagement d’augmenter de 160 000$ le budget de la culture pour calmer le milieu des arts qui n’avait subi aucune augmentation depuis son arrivée au pouvoir en 2013. Tout le milieu culturel y a cru. Sauf, que le lendemain des élections il a précisé qu’en fait c’était 40 000 $ par année sur 4 ans. On s’était fait avoir. Il aura fallu la saga du Burundi, qui a entrainé au conseil municipal la déconfiture de son parti et sa marginalisation, pour qu’avec l’arrivée d’un nouveau directeur général les choses s’améliorent grandement.


Les traces de la culture se voient, s’entendent, se touchent, se sentent, se goûtent et se partagent concrètement dans un environnement placé idéalement sous la responsabilité du conseil municipal. Les artistes et les travailleurs culturels vivent dans cet environnement et se tournent de plus en plus vers leur gouvernement de proximité pour la mise en place des conditions requises pour l’exercice de leur métier.


Les candidats indépendants de même que les autres partis politiques municipaux devraient, comme l’a fait Mouvement citoyen, mettre de l’avant la culture comme moyen d’épanouissement, de bien-être et d’amélioration de la qualité de vie de tous les citoyens. Ils se doivent de maintenir et accroître le soutien des diverses composantes d’un écosystème culturel performant et en santé et non prendre de vagues engagements.






Investir dans la culture, c’est investir dans l’avenir.


André Michel

Peintre-sculpteur

Président du Regroupement

des Artistes Professionnels de MSH

32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout